• Belle du Seigneur, Albert Cohen (1968) (2)

      "Le surlendemain, à quatre heures de l’après-midi, dans la pâtisserie où elle se récompensait d’une longue séance chez Volkmaar, une certitude la foudroya à sa première gorgée de thé. Les vestes des deux tailleurs qu’elle venait d’essayer étaient trop étroites ! Mon Dieu, les tailleurs de flanelle, ceux auxquels elle tenait le plus ! Abandonnant le thé et les toasts, elle se leva brusquement, renversa sa tasse, jeta un écu sur la table et couru vers le lieu de son tourment où les deux vestes, encore informes, furent essayées de nouveau puis ôtées, puis remises, puis comparées avec le modèle, puis discutées. Le résultat d’un débat confus fut la molle conclusion tant de fois entendue par les couturiers.
      «  Donc, vous me ferez ces deux vestes ni trop étroites ni trop larges. (Elle articula aussi nettement qu’elle put pour être sûre d’être bien comprise. Elle était tellement à son affaire, mettait tellement d’ardeur et de sérieux à ces pauvretés, tout comme au temps de son enfance où, sur la plage, elle faisait avec passion, sourcils froncés, des pâtés de sable.) Oui, ni trop étroites ni trop larges. Mais plutôt un peu larges tout de même, sans qu’elles soient trop larges naturellement, enfin un peu ajustées mais sans serrer, sans faire étriqué.
      - De l’aisance, mais de la tenue », dit Volkmaar, qui fut aussitôt remercié par un regard aimant.
      «  Et comme longueur, nous en resterons à ce que j’ai dit, deux centimètres de moins que le modèle. Mais je me demande si un centimètre et demi ne serait pas mieux. Oui, je crois. Attendez, je vais voir pour être absolument sûre. »
      Elle passa la veste du modèle, en replia le bas d’un centimètre et demi, ferma les yeux pour se virginiser le regard, les rouvrit puis s’avança vers la glace à trois pans, souriant un peu pour être naturelle, pour être dans cette veste comme elle serait dans la vie, devant lui. Après quoi, elle fit marche arrière, puis alla de nouveau vers la glace d’un pas naturel, regardant ses pieds et imaginant qu’elle était en promenade, puis remonta brusquement son regard pour recevoir une impression fulgurante et irréfutable, le choc de vérité, s’attachant à effacer de son esprit que le bas de sa veste était replié, à ignorer le manque de netteté de ce raccourci provisoire et à imaginer qu’elle portait cette veste « bien finie ». Elle trouva en toute impartialité que vraiment c’était tout à fait bien.
      «  Un centimètre et demi de raccourci, ce sera parfait, dit-elle. (Victorieuse, elle aspira beaucoup d’air avec une conviction satisfaite. Un centimètre et demi, c’était l’absolu, une dimension de Dieu.) Donc pas deux centimètres, n’est-ce pas ? (Froncement de sourcils, tête baissée, méditation, angoisse.) Vous ne croyez pas qu’un raccourci d’un centimètre suffirait peut-être ? Non, non, tenons-nous-en à un centimètre et demi.
      - Absolument, s’inclina Volkmaar, décidé à faire une veste de deux centimètres plus longue. Mes hommages, chère madame. »"


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :